Comme un petit enfant



Père,
mon cœur ne s’enfle pas
je n’ai pas le goût des grandeurs
au milieu de ce monde
où des millions d’hommes, de femmes et d’enfants
sont écrasés, dominés, anéantis même
par ceux et celles qui se veulent grands.



Non, je me fais recueilli, silencieux,
portant le cri de ma sœur qui n’est pas reconnue,
de mon frère qui est méprisé,
de mon père à qui on fait porter le fardeau,
d’une société mal en point,
de ma mère toujours à la dernière place.

Comme un tout petit enfant
je viens me blottir contre toi
pour prendre à ton contact
la mesure de mon être,
celle de fils, de fille auprès du Père,
celle de disciple de Jésus
qui s’est fait serviteur
pour rendre à l’humanité sa véritable grandeur.

Marthe Lamothe

Annonces

Le tract 2016-2017